Focus stacking

La technique technique du focus stacking est utilisée pour étendre la profondeur de champ.


Je vous présente dans cet article une série de 5 photos réalisées en focus stacking avec le logiciel CombineZP.

  • les objets sont déposés sur une plaque de verre elle même posée sur une feuille de papier dessin noir
  • le bohkeh est réalisé avec du film aluminium froissé qui se reflète dans la plaque de verre
  • apn Nikon D7000 sur tépied
  • autofocus mode manuel
  • objectif 50mm f1.8 M42
  • exif 100 ISO, vitesse 1/60, f2.8
  • 2 éclairages latéraux (lampe de bureau lumière blanche)

Tutoriel d’utilisation

  • installer le programme téléchargé
  • cliquer sur « NEW » puis sélectionner toutes les images composant le sujet à restituer entièrement net puis cliquer sur « Ouvrir »
  • une fois celles-ci ouvertes dans CombineZP, sélectionner dans le menu déroulant « Align and Balance Used Frames (Quick) » puis cliquer sur « GO »
  • une fois la commande précédente terminée, sélectionner dans le menu déroulant « Align and Balance Used Frames (Thorough) » puis cliquer sur « GO »
  • une fois la commande précédente terminée, sélectionner dans le menu déroulant « Pyramid Weighted Average » puis cliquer sur « GO »
  • une fois la commande précédente terminée, cliquer sur le bouton situé juste à droite de « GO » (le bouton appelé « Shrink/Expand Active Rectangle ») puis cliquer sur « SAVE », indiquer une qualité de 100 puis sur « OK »
  • pour fermer le programme, cliquer sur la croix en haut à droite puis à la question « Did you wish… », cliquer sur « Non » (même si vous avez sauvegardé l’image)

Le focus stacking, c’est quoi ?

L’expression anglaise focus stacking peut se traduire en français par « empilement de mises au point ». Existant sous de nombreuses autres appellations, c’est un procédé consistant à combiner plusieurs images dont le plan focal varie, pour donner une image dotée d’une plus grande profondeur de champ qu’avec une image individuelle. On obtient ainsi des images qui seraient physiquement impossibles à réaliser avec des moyens photographiques classiques. Il est particulièrement bien adapté à la photographie numérique, et aux situations où une image individuelle a une très courte profondeur de champ, comme en macrophotographie et photomicrographie. (via Wikipédia)

 


 

 


 

 

 

 

 

 

 

2 thoughts on “Focus stacking – mes travaux pratiques

Les commentaires sont fermés.